L'été d'Yves Daccord, Directeur Général du CICR

 

Août 2013

 

Sur quoi travaillez-vous cet été?

Je me concentre surtout sur trois choses. Tout d'abord, sur la responsabilité très directe que j'ai sur quelques contextes qui sont essentiels. Je pense en particulier à la Syrie - où l'on doit encore pouvoir, si c'est possible, élargir notre réponse, - mais aussi à l'Afghanistan par exemple.

En ce qui concerne la Syrie, nous sommes confrontés à l'une des pires situations que nous ayons connue depuis longtemps. Je suis très inquiet par rapport à l'écart entre les besoins humanitaires et la capacité que nous avons d'y répondre. Quand je vois mes équipes, d'un côté, je trouve que ce que l'on fait est assez ambitieux, voire étonnant au vu de nos contraintes de sécurité. Et en même temps, quand je vois les besoins, c'est tout petit. Il y a un côté très frustrant par rapport à ça. Les gens ont besoin de notre aide, surtout sur les questions médicales - les hôpitaux par exemple ne fonctionnent pas du tout-, dans les prisons, tout ce qui concerne également les questions d'eau et d'assainissement. Il y a un très fort besoin. Et la Syrie, ce n'est pas que la Syrie. On doit absolument réfléchir de manière plus large, au Liban, à la Jordanie, et à l'Irak. Je suis actuellement très inquiet en ce qui concerne l'Irak.

Pour ce qui est de l'Afghanistan, c'est un des contextes que nous connaissons le mieux. Cela fait 30 ans que le CICR y est présent. On vit aujourd'hui dans une période très mouvementée de son histoire. Je crains malheureusement de nouveau un chapitre qui sera très difficile. En fait, ce chapitre vient de s'ouvrir avec l'annonce du retrait des forces américaines et des forces internationales. Il y a, depuis quelques semaines, de nouveau beaucoup plus de violence: on assiste à une offensive qu'on appelle « offensive du printemps », il y a beaucoup de tensions et personne ne sait de quoi le lendemain sera fait. Nous avons de gros enjeux de sécurité et d'acceptation, et nous sommes très inquiets car nous sentons que la communauté internationale est moins intéressée par l'Afghanistan. D'où la crainte de se retrouver assez isolés, de ne pas avoir d'autres institutions qui nous aident à contribuer à l'Afghanistan de demain. Et là, je crois qu'il va falloir beaucoup soutenir l'Afghanistan.

Une deuxième dimension sur laquelle je travaille, et qui est importante pour moi, c'est la prochaine stratégie sur quatre ans de notre organisation, pour 2014-1018.

Et, enfin, troisièmement, je m'occupe également de questions budgétaires: on entre dans la saison des budgets chez nous!

Des vacances en perspective?

Oui. J'ai appris depuis longtemps qu'il était important de prendre des vacances. Donc, fin juillet, je pars pour quatre semaines. J'ai cette chance inouïe et, si c'est possible, je pars chaque fois en été trois ou quatre semaines de suite, et j'adore ça!

Une année sur deux, nous faisons un long voyage. Là, nous sommes dans l'année deux et nous restons donc plutôt en Suisse! Nous allons au Tessin, à la montagne. S'il ne fait pas beau, nous irons au bord de la mer.

A Genève, que profitez-vous de faire durant l'été?

J'adore faire plein de choses! Un de mes plaisirs tout simple, par exemple, c'est d'aller le matin tôt lire les journaux et prendre un petit café à une terrasse. C'est vrai que je lis de plus en plus les journaux sur ma tablette, mais le plaisir est quand même presque le même!

J'aime aussi aller me promener ou aller au cinéma. C'est une bonne période parce que les films qui viennent de Cannes ou d'autres festivals commencent à sortir. Je vais également de temps à autre à des festivals.

Un endroit que vous affectionnez particulièrement, à Genève ou dans les alentours?

Il y a un endroit que j'aime particulièrement, qui n'est pas loin du CICR et d'où j'habite, c'est le Château de Penthes: c'est un parc exceptionnel. Un autre endroit que j'affectionne beaucoup, toujours sur la rive droite, c'est le Musée de l'Ariana. Ce sont deux endroits un peu hors du temps, très beaux avec beaucoup d'espaces. J'aime beaucoup!

Un livre à conseiller pour cet été à nos lecteurs?

Oui, j'en ai plusieurs ! Je lis en ce moment un livre sur le Congo : "Congo, une histoire" de David Van Reybrouck aux Éditions Actes Sud. Un magnifique livre.

Sinon j'ai lu et adoré le livre "Courir" de Jean Echenoz. Un livre, tout fin, très bien écrit.

J'aime aussi les policiers. J'ai relu avec énormément de plaisir deux polars, "La muraille invisible" d'Henning Mankell, extrêmement intéressant, et aussi "Sous les vents de Neptune" de Fred Vargas, de la belle écriture.

Et une musique?

J'écoute actuellement un morceau de Tom Odell "Songs for another love", c'est très cool, je vous le conseille. C'est un peu triste mais triste comme on aime. Et quand il fait beau, c'est très bien! 

 

Page navigator